ANALYSE KINGOHUSENE. Helsingør (1956-1960) de Jørn UTZON. 14/10/2009

Les maisons Kingo, sont issues d’un développement de 63 maisons conçues par Jørn Utzon, située près d’Helsingor sur l’île de Seeland (Sjaelland) au Danemark. L’origine de ces maisons est un concours « Scanian House Types » remporté en 1953 par l’architecte. Pour se replacer dans le contexte de l’époque nous nous trouvons huit ans après la fin de la seconde guerre mondiale, la population scandinave (le concours se tenait en Suède) réclame l’accession à la propriété individuelle. Le thème est de proposer des projets résidentiels concentrée sur la périphérie des villes.

La proposition d’Utzon, intitulée « vie privée », est caractérisée par une cour intérieure avec du bâti sur un ou plusieurs côtés, le tout entouré d’un mur abritant l’unité des regards extérieurs. Cela créer une richesse de possibilités pour l’individu grâce à la diversité de logements qui peut être inventés. En fonction des besoins et de l’évolution du groupe familiale, la maison peut se développer sans altérer la totalité du projet.

Du point de vue de l’architecture la force du projet est le compromis entre le mur d’enceinte en brique de la résidence qui est quasi fermé sur l’extérieur, tandis que les façades côté cour sont de verre. Ceci signifie que chaque unité possède son propre espace extérieur, où la vie familiale peut se déployer en toute sécurité.

Au cours des années, Utzon perfectionne son concept dans une succession de projets de logement, dont certains ont été construits. L’architecte expliquera plus tard, qu’il était très intéressé par les possibilités du logement cour et qu’il avait poursuivi cette réflexion pendant de longues années. Les maisons Kingo lui ont permis d’explorer cette idée. Dans la conception, Utzon attire une grande inspiration des grandes cheminées et toits en pente de l’architecture traditionnelle des fermes danoises ainsi que sur le concept des cours chinoises et islamiques.

Notons qu’à la suite de son diplôme obtenue en 1942 à l’académie des Beaux-Arts de Copenhague, il travailla chez Paul Hedqvist, Gunnar Asplund et Alvar Aalto. Entre 1952-53 a lieu la construction de la maison d’été d’Alto à Muuratsalo, dans son plan on retrouve beaucoup d’idées communes, comme si elle avait été un prototype, le sentiment que je ressens quand je regarde cette réalisation est l’isolement. Cette notion est très proche du concept de « vie privée » …

1952-1953. Aalto Summer House. Muuratsalo                                                          Auteur : Ryan Odanaka. http://www.flickr.com/photos/rodanaka/3922257392/

1952-1953. Aalto Summer House. MuuratsaloSchémas Plan & Coupe. http://rachaelcharlottebrown.blogspot.com/2010/11/muuratsalo-house-part-2.html

Pour Utzon, la cour est un mode de mise en relation avec la terre. Durant un voyage au Mexique en 1949, il visita un site Mayas dans la région Yucutan. Il racontera qu’il fut troublé par le paysage et à partir de cela travailla sur le développement de l’idée de plate-forme. On peut observer directement son travail sur le territoire artificiel créé pour la construction de l’Opéra de Sydney.

Dans cet extrait, Jørn Utzon dévoile l’émotion ressentie :

“As an architectonic element, the platform is fascinating. I lost my heart to it on a trip to Mexico in 1949, where I found a rich variety of both size and idea, and where many platforms stand alone, surrounded by nothing but untouched nature. All the platforms in Mexico are placed very sensitively in the landscape, always the creations of a brilliant idea. They radiate a huge force. You feel the firm ground beneath you, as when standing on a great cliff. Let me give you an example of the power in this idea. Yucatan is a flat lowland area covered by an impenetrable jungle which everywhere attains a certain height. The Maya people used to live in this jungle in villages surrounded by small cultivated clearings. On all sides, and also above, there was the hot, humid, green jungle. No great views, no vertical movements. But by building up the platform on a level with the roof of the jungle, these people had suddenly conquered a new dimension that was a worthy place for the worship of their gods. They built their temples on these high platforms, which can be as much as a hundred metres long. From here, they had the sky, the clouds and the breeze, and suddenly the roof of the jungle was transformed into a great, open plain. By means of this architectonic device they had completely transformed the landscape and presented their eyes with a grandeur that corresponded to the grandeur of their gods. The wonderful experience of going from the denseness of the jungle to the vast openness above the platform is still there today. It is like the liberation you feel up here in the Nordic lands when, after weeks of rain, cloud and darkness, you suddenly emerge into the sunlight again.”

Le Site

Travail du Rythme et de la répétition

Peu de temps après le concours cité au-dessus, Utzon retravailla son projet pour le maire de Helsingør, accompagné d’une étude sur la conception, l’exécution et la construction de ses logements. Il réussi à convaincre le maire, qui lui remis une étendue de neuf acres (un étang et des collines) à sa disposition pour son plan de logement. Utzon a réalisa une maison témoin avec l’aide d’une entreprise de construction. Le prototype fut un réel succès et, finalement, 63 maisons furent construites dans une limitation de coûts mis en place par l’Etat.

Ces maisons sont construites en rangées suivant les ondulations du terrain, offrant une vue spécifique à chaque maison, ainsi que la meilleure situation possible pour la lumière du soleil et un abri contre le vent. Utzon aime décrire l’agencement des maisons, « comme des fleurs sur une branche d’arbre de cerisier, chacune se tourne vers le soleil. »

L’ensemble est organisé en différents niveaux qui suivent les contours du terrain autour de l’étang et de la vallée. La communauté créée par les maisons Kingo encourage les activités de plein air. Il semble que la relation entre le bâti et son environnement soit en adéquation.

1956-1960. Kingohusene. HelsingørPhotographie Satellite

La Cellule

Chaque unité mesure environ 20mx20m et se compose d’une cour privée et d’une maison en forme de L. Une aile du L, contient la salle de séjour et d’étude, tandis que l’autre partie de chambres, d’une salle de bains et de la cuisine. Bien que les plans prennent plusieurs formes, elles sont toutes simples et fonctionnelles.

L’objectif de la forme du L est de créer un dialogue avec le paysage dans lequel elle fait partie. Les deux côtés du L, sont orientés soit vers le sud-ouest ou le sud-est afin d’obtenir autant de lumière possibles pour le logement.

Au sein de chaque unité d’habitation les murs ont des hauteurs variables adaptées à la quantité de lumière et de vue disponibles à cet endroit particulier. Les nombreuses variations d’ancrage des maisons individuelles, expliquent la place spécifique de chacune d’entre-elles dans le paysage pour de donner au complexe une vision d’ensemble unique avec ses aspects singuliers.

2 groupes sont disposés dans la partie sud du site avec le paysage à l’esprit.

Les ouvertures des maisons ont été pensées de façon à ce que la ventilation naturelle circule de façon rapide en rapport avec les dimensions de l’habitat. Le surplomb de la toiture a été pensé de façon à ce qu’en hiver, le soleil rentre suffisamment à l’intérieur des pièces à l’opposé de l’été où le soleil est « bloqué”. Les unités du Nord sont plus élevées en altitude que celles du Sud. Des arbres ont été plantés pour fournir un autre moyen d’ombrage. Jorn Utzon a positionné l’emplacement des arbres en fonction des unités et de leurs feuillages. Les arbres choisis sont à feuille caduque ce qui permet un contrôle naturelle de la lumière.

Les murs et les toits des bâtiments sont construits de briques et de tuiles, qui donne un caractère unitaire et monolithique. L’utilisation d’un matériau uniforme pour tous les principaux composants du bâtiment, et l’imbrication sociale et spatiale des unités de logement, sont reconnaissables à partir d’autres cultures, de l’architecture Adobe par exemple ou de la kasbahs d’Afrique du Nord.

L’étude des cultures étrangères joue un rôle important dans la compréhension des travaux d’Utzon. Kenneth Frampton affirme: « Un élément important dans l’architecture d’Utzon est son intention transculturelle, sa tendance à chercher l’inspiration en dehors du domaine eurocentrique. Cette critique, la position inter-culturel informe la quasi-totalité de son architecture … La maison cour est une synthèse des nombreuses activités culturelles, en partie islamique, en partie chinoise, en partie antique de la Méditerranée ou d’Afrique. » Mais, comme Frampton note à juste titre « Les impulsions profondes qui sous-entendent ces plus-values, issues de possibles références inconscientes sont aussi insaisissables que ses réflexions. »

1956-1960. Kingohusene. Helsingør                                                                               Plans, Coupes, Elévations

1956-1960. Kingohusene. Helsingør                                                                             Auteur: Panov Scott. http://www.flickr.com/photos/panovscott/5883620365/dsgqfdqs


ASGAARD ANDERSEN, Michael. A New Ordinary Ground: Utzon’s Kingo Houses

FABER, Tobias. Jørn Utzon. Houses in Fredensborg. Ernst and Sohn Verlag, Berlin, 1991)

FISKER, Kay. « The Moral of Functionalism” Magazine of Art 2 (1950) pp.62-67

FORGES, Ferrer. Jorn Utzon: Works and Project, Trucatriche, 2006

FRAMPTON, Kenneth. Modern Architecture: A Critical History, Oxford University Press, Oxford1981

RASMUSSEN, Steen Eiler. Experiencing Architecture, The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 1962

UTZON, Jørn. Platforms and Plateaus: Ideas of a Danish Architect.  Zodiac 10 (magazine), Milan, 1962

UTZON, Jørn. Jørn Utzon Logbook Vol 1, the courthyard houses, Edition Bløndal, Copenhagen, 2004

WESTON, Richard, and Jørn UTZON. Utzon : Inspiration, Vision, Architecture. Hellerup, Copenhagen, Blondal, 2002.

WESTON, Richard, Platforms and Plateaux in Utzon’s Architecture in Michael Holm, Kjeld Kjeldsen and Mette Marcus, (ed.) Jørn Utzon: The Architects Universe, Humlebaek, Louisiana Museum of Modern Art, 2004

Tagué , , , , , ,

Une réflexion sur “ANALYSE KINGOHUSENE. Helsingør (1956-1960) de Jørn UTZON. 14/10/2009

  1. A venir :
    _ ANALYSE THE MOUNTAIN DWELLINGS (2005-2008) de PLOT (BIG & JDS)
    _ 1976. Le Château 1. 60 Logements Individuels. Villeneuve d’Ascq
    Architecte: Jean-Pierre Watel, Promoteur: SEDAF Philippe Motte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :